YAW | Manger des frites rend-il heureux ?

Livraison gratuite en France métropolitaine

Manger des frites rend-il heureux ?

Une histoire qui commence bien

Que diriez-vous d’une bonne frite bien grasse et bien croustillante ce midi ? Imaginez son parfum délicat, la chaleur qu’elle dégage, le léger craquement qu’elle produit sous vos dents... Après en avoir avalé quelques-unes, il vous reste un peu de sauce sur les mains mais hors de question d’utiliser une serviette. Lentement, soigneusement, vous léchez vos doigts un à un pour profiter de la moindre molécule de gras. Intense plaisir, jouissance extrême, vos neurotransmetteurs sont en ébullition, stimulés de tous côtés par la dopamine qui afflue vers votre cerveau et provoque cette sensation si agréable et tellement addictive.

Nostalgie de la 1ère frite

Et pourtant… 15 ou 20 frites plus tard, la saveur n’est déjà plus la même, le plaisir se fait moins intense tandis que la sensation de satiété commence à apparaitre. Vous continuez néanmoins à manger, vous ne prenez plus une seule frite à la fois mais 2, 3, parfois même 4, et vous y mettez plus de sauce ! Rien n’y fait, vous tentez désespérément de retrouver la sensation procurée par la 1ère frite mais ce plaisir n’est déjà plus qu’un souvenir abstrait qui s’effiloche entre vos doigts gorgés de sel.

frites

Trop de frites tue la frite : l’ excès nuit en tout

Les minutes passent et les frites défilent, le paquet est maintenant terminé… Il n’en reste plus une miette, pas même la frite trop cuite qui trainait au fond du sachet, plus la moindre trace de sauce. Vous êtes repus, gavé, la sensation de plaisir s’est évaporée pour faire place au sentiment de culpabilité qui envahit tout votre être.

L’estomac lourd, l’intestin encombré, vous vous promettez en votre for intérieur que plus jamais on ne vous y reprendra. Le plaisir était trop bref, trop cher payé, vous n’auriez jamais dû commander une si grande portion. Vous souhaitez maintenant vous décharger au plus vite de cet excès afin qu’il ne soit plus qu’un lointain souvenir.

Plaisir éphémère ou bonheur pérenne ?

Le plaisir bref mais intense procuré par la frite en valait-il la peine ? Ou bien la sensation désagréable de lourdeur qui s’ensuit annihile-t-elle le bonheur global que vous en avez tiré ?

D’après les scientifiques, les premières frites que vous avez ingérées auraient créé une sensation de plaisir intense grâce à la sécrétion de dopamine par votre corps, cette fameuse « hormone du bonheur » connue aussi bien des sportifs que des gourmets.

Revers de la médaille, la dopamine est non seulement addictive mais il en faut également toujours plus car notre cerveau s’accoutume très vite. Le plaisir des débuts devient rapidement et inévitablement impossible à maintenir et finit par décroitre aussi vite qu’il est apparu.

frites

Pendant ce temps-là dans l’intestin…

Tandis que la sensation de plaisir a maintenant totalement disparue, les frites, elles, sont toujours là et poursuivent leur chemin dans votre estomac puis dans votre intestin. C’est maintenant que les véritables ennuis commencent. Les intestins sont en charge de la production de 95% d’une autre hormone qui intervient beaucoup dans notre bonheur : la sérotonine. Tout comme l’endorphine, la sérotonine intervient dans le bien-être global et dans le sentiment durable du bonheur contrairement à la dopamine dont l’effet n’est que de très courte durée.

Or, lorsque votre intestin est envahi par les sucres et les graisses saturées présents dans vos frites, il ne sait plus où donner de la tête et ne produit plus correctement la sérotonine indispensable à votre bien-être. Qui plus est, les mauvaises graisses dégradent considérablement votre flore intestinale qui mettra du temps à s’en remettre et aura besoin d’aliments riches en probiotiques et en prébiotiques pour retrouver son équilibre.

Conclusion : si la frite procure effectivement un plaisir intense pendant quelques minutes, il semblerait qu’elle nuise malheureusement à votre bonheur global de par ses effets sur votre flore intestinale et sur la sécrétion de sérotonine. Devez-vous arrêter de manger des frites pour autant ? Nous n’irons pas jusque-là, mais nous vous conseillons vivement de savourer chaque frite, de mâcher lentement, attentivement et avec modération.

Bon appétit.

La solution idéale quand on craque pour une frite !

test

YAWSlim : Capteur de graisses & sucres + réducteur d'appétit